La liste s’allonge des entreprises qui vont réduire leur production en Chine. A en croire le Nikkei Asian Review sur la foi de sources industrielles, HP et Dell, qui commandent à eux deux environ 30% du marché mondial des PC, auraient décidé de relocaliser en dehors de la Chine environ 30% de leur production de PC portables.

Microsoft, Google, Amazon, Sony et Nintendo auraient des projets similaires, de même que Lenovo (fabricant de PC chinois…), Acer ou Asustek Computer, égrène le journal nippon qui a rapporté le mois dernier l’intention d’Apple de réduire également de 30% sa production (sous-traitée) de smartphones en Chine. De leur côté, Quanta Computer, Foxconn Technology et Inventec ont également déjà transféré une partie de leur production en Chine vers Taiwan, le Mexique ou la République tchèque.

La raison : trop d’incertitudes sur la situation politique entre les Etats-Unis et la Chine malgré la rencontre au sommet en Trump et Xi Jinping lors du G20 pour apaiser les tensions, ainsi que l’accroissement des coûts de production en Chine.

Selon le Nikkei Asian Review, les échanges commerciaux dans l’électronique avec la Chine (importations et exportations) sont passés de 10 milliards de dollars en 2011, à 1350 milliards en 2017.

Un phénomène de relocalisation des productions qui donne encore plus de crédit à l’analyse de Gilles Benhamou, président d’Asteelflash (voir notre article).

Lire l’article du Nikkei Asian Review