Eric Trappier, p-dg de Dassault Aviation, et Florence Parly, ministre des Armées, ont signé hier le renouvellement de la convention entre Dassault Aviation et le ministère des Armées pour le soutien aux PME de la Défense. Au total, 500 entreprises françaises sont, par exemple, associées au programme Rafale.

Cet événement a eu lieu dans le cadre de la visite que Mme Parly a effectuée à l’usine Dassault Aviation de Mérignac. L’adhésion initiale de Dassault Aviation à cette convention était intervenue en janvier 2014.

En renouvelant cette convention, Dassault Aviation confirme la démarche de soutenir les centaines de PME qui sont ses partenaires dans les programmes militaires.

Le tissu industriel français auquel appartient Dassault Aviation s’est patiemment constitué depuis des décennies, accumulant et partageant des connaissances, des méthodes de travail, des règles de métiers, des outils de conception et production qui sont précieux et doivent être absolument préservés, souligne l’avionneur. Ces compétences sont également synonymes de croissance : par exemple, plus de 150 PME françaises se sont vu proposées des opportunités de développement liées au contrat Rafale en Inde.

Rappelons qu’à l’occasion de la viste de la ministre des armées, Dassault Aviation, a reçu le contrat de développement pour le standard F4 de l’avion de combat Rafale (voir notre article). Le standard F4 s’inscrit dans la démarche d’amélioration continue du Rafale selon les progrès de la technologie et les retours d’expérience des opérationnels. Après les standards F1 (spécifique aux premiers avions de la Marine), F2 (capacités air-sol et air-air), F3 et F3R (polyvalence élargie), le standard F4 marque une nouvelle étape.

En tant qu’architecte industriel, Dassault Aviation aura la responsabilité de mettre en oeuvre des solutions de connectivité innovantes afin d’optimiser l’efficacité de son avion dans le combat en réseau (nouvelles liaisons satellite et intra-patrouille, serveur de communication, radio logicielle). De nouvelles fonctions seront également développées pour améliorer les capacités de l’avion (évolutions des capteurs radar et optronique secteur frontal, capacités viseur de casque) et de nouveaux armements seront intégrés (missile air-air Mica NG et Armement Air-Sol Modulaire de 1000 kg).

Enfin, en termes de disponibilité, le MCO (Maintien en Condition Opérationnelle) sera davantage verticalisé sous l’autorité de l’avionneur. F4 comprendra un nouveau Système de Pronostic et d’Aide au Diagnostic introduisant des capacités de maintenance prédictive. D’autres optimisations de la maintenance sont également programmées, avec notamment des solutions basées sur le Big Data et l’intelligence artificielle. Enfin, le Rafale sera doté d’un nouveau calculateur moteur.

La validation du standard F4 est prévue pour 2024, avec certaines fonctions disponibles dès 2022.

Le Rafale est entré en service en 2004 dans la Marine nationale et en 2006 dans l’armée de l’Air française pour remplacer peu à peu les sept types d’avions de combat de générations précédentes. Sur les 180 Rafale commandés par la France à ce jour, 152 ont été livrés. Le Rafale a été commandé par l’Egypte, le Qatar et l’Inde pour un total de 96 exemplaires.

Avec plus de 10 000 avions militaires et civils livrés dans plus de 90 pays depuis un siècle, Dassault Aviation dispose d’un savoir-faire et d’une expérience reconnus dans la conception, le développement, la vente et le support de tous les types d’avion, depuis l’appareil de combat Rafale jusqu’à la famille d’avions d’affaires Falcon en passant par les drones militaires. En 2017, le chiffre d’affaires de Dassault Aviation s’est élevé à 4,8 milliards d’euros. Le groupe compte 11 400 collaborateurs.