Premier fondeur mondial, le Taïwanais TSMC a réalisé au mois d’août un chiffre d’affaires de 106,12 milliards de dollars taïwanais (3,4 milliards de dollars), en hausse de 25,2% par rapport à juillet 2019 et de 16,5% par rapport à août 2018. Sur les huit premiers mois de l’année, TSMC affiche toutefois une hausse limitée à 0,6% par rapport à janvier-août 2018, à 650,58 milliards de dollars taïwanais (20,9 milliards de dollars).

De son côté, UMC a réalisé au mois d’août un chiffre d’affaires de 13,18 milliards de dollars taïwanais (423 millions de dollars), en hausse de 0,02% par rapport à août 2018. Sur les huit premiers mois de l’année, UMC affiche un retrait de 8,04% par rapport à janvier-août 2018, à 95,53 milliards de dollars taïwanais (3,07 milliards de dollars).

Pour le cabinet d’études taïwanais TrendForce, le marché mondial des services de fonderie devrait croître de 13% au 3e trimestre par rapport au 2e trimestre 2019. Pour autant, cette période de pic saisonnier de la demande dans la seconde moitié de l’année sera moins florissante que prévue en raison de la poursuite des batailles tarifaires entre les Etats-Unis et la Chine.

Selon TrendForce, TSMC devrait porter sa part de marché à 50,3% au troisième trimestre, contre 18,5% pour Samsung et 8% pour Globalfoundries.

TSMC, en tant que leader du marché, a largement réussi à tirer parti de son procédé de fabrication 7 nm pour capturer la demande de clients importants tels qu’Apple, HiSilicon, Qualcomm et AMD, analyse TrendForce qui estime que le taux d’utilisation de la capacité de production en technologie 7 nm de TSMC approche désormais 100%. TSMC devrait ainsi afficher au 3e trimestre une croissance d’environ 7% par rapport au 3e trimestre 2018. Pour sa part, soutenu par la demande de la 5G, le chiffre d’affaires des activités de fonderies de Samsung au 3e trimestre devrait augmenter d’environ 3,3% sur un an.

TrendForce indique que le marché de la fonderie a été considérablement impacté par l’escalade récente du conflit commercial entre les États-Unis et la Chine. L’augmentation des droits de douane des deux côtés a affecté une grande partie du marché de l’électronique grand public, réduisant la demande annuelle totale de smartphones, ordinateurs portables, tablettes, téléviseurs, etc. Quant au cas de Huawei, la restriction américaine des ventes de technologies à l’équipementier chinois ne devrait pas être levée de sitôt, prévient le cabinet d’études taïwanais.