A la suite de la décision prise par Florence Parly, ministre des Armées, de lancer la réalisation du segment sol du programme de communications satellitaires Syracuse IV (système de radiocommunication utilisant un satellite), la Direction générale de l’armement (DGA) a notifié le 14 juin 2019 à Thales le contrat de conception et réalisation de cette capacité. Ce contrat prévoit la livraison des premières stations en 2021.

Les communications longue distance sécurisées et résistantes au brouillage sont un maillon essentiel pour l’autonomie d’appréciation, de planification et de commandement des forces armées, entre la métropole et les théâtres d’opération, ou au sein des théâtres. Elles sont aujourd’hui assurées par le système Syracuse III, en service depuis 2007.

Ce système regroupe des moyens spatiaux (2 satellites) et des moyens sol destinés aux utilisateurs (terminaux) et à l’opérateur des réseaux militaires (stations de raccordement aux réseaux terrestres, centres de gestion).

Les satellites SYRACUSE 4A et 4B, commandés fin 2015 seront mis en service avant fin 2022 pour prendre la relève des satellites SYRACUSE 3A et 3B lancés en 2005 et 2006. Ils seront rejoints d’ici à 2030 par un troisième satellite optimisé notamment pour une utilisation par les plateformes aéronautiques (connectivité accrue, drones…)

Les moyens sol actuels sont compatibles de ces nouveaux satellites, mais doivent progressivement être remplacés, modernisés et complétés pour pouvoir exploiter pleinement les nouvelles capacités de ces satellites et en particulier prendre en compte les plateformes aéronautiques.

Ce contrat permettra de mettre à disposition des forces des capacités de communications améliorées en matière de débit, de disponibilité et de résistance aux menaces, en particulier pour les équipements qui seront livrés pendant la Loi de programmation militaire 2019-2025 dans le cadre des programmes Scorpion, Rafale F4, Frégate de défense et d’intervention (FDI) et Bâtiment ravitailleur de forces (BRF).