Le Grenoblois Soitec, un leader mondial de la conception et de la production de matériaux semiconducteurs innovants, qui tient aujourd’hui son Capital Markets Day 2019, se fixe pour objectif d’atteindre un chiffre d’affaires de l’ordre de 900 millions d’euros pour l’exercice 2021/22, contre 443,9 M€ pour l’exercice 2019.

Soitec estime même que l’exploitation à pleine capacité de ses installations industrielles étendues se traduirait par un chiffre d’affaires total de l’ordre de 1,4 milliard d’euros avec un EBITDA de l’ordre de 450 millions d’euros, soit un taux de marge d’EBITDA de l’ordre de 32%, sur la base d’un taux de change euro / dollar de 1,13.

Soitec continue d’étendre son portefeuille de substrats innovants de Silicium-sur-Isolant (SOI) à de nouveaux produits (POI, GaN). À un horizon de 5 ans, les marchés adressables par Soitec devraient atteindre une taille comprise entre 2,1 et 2,9 milliards de dollars. Par ailleurs, les technologies de Soitec permettent de cibler de nouveaux débouchés pour les semiconducteurs composés avec un marché adressable additionnel de plus de 1 milliard de dollars à l’horizon de 5 ans.

« D’ici 5 ans, le marché adressable par nos substrats de Silicium-sur-Isolant (SOI), notre coeur d’activité, devrait atteindre une valeur comprise entre 1,6 et 2,4 milliards de dollars, ce qui représente une croissance annuelle moyenne comprise en 15% et 25%, et celui de nos nouveaux produits (POI, GaN) devrait atteindre une valeur de 500 millions de dollars. De plus, les technologies de Soitec nous ouvrent de nouveaux débouchés pour nos semiconducteurs composés avec un marché adressable estimé à plus de 1 milliard de dollars d’ici 5 ans. À moyen terme, nous avons pour ambition d’atteindre un chiffre d’affaires de l’ordre de 900 millions d’euros pour l’exercice 2021/22. Pour capturer cette croissance à venir, nous allons augmenter nos capacités industrielles, en nous concentrant en priorité sur nos sites existants », détaille Paul Boudre, Directeur Général de Soitec.

Par ailleurs, le groupe publie les résultats annuels pour son exercice 2018 /2019.  Son chiffre d’affaires annuel atteint 443,9 M€, en croissance de 42% à périmètre et taux de change constants, pour un bénéfice opérationnel courant en hausse de 61%, à 108,4 M€ et un bénéfice net de 90,2 M€. La marge d’EBITDA de sa division électronique atteint 34,3% du chiffre d’affaires, contre 29,2% lors de l’exercice précédent.

« Nous allons continuer d’investir dans l’augmentation de nos capacités de production sur nos sites industriels français et singapouriens afin d’accompagner la croissance à long terme de la demande pour nos plaques de FD-SOI et de RF-SOI en 300 mm. Nous allons parallèlement profiter de Dolphin Design pour encourager la conception sur FD-SOI de puces dédiées à des solutions performantes sur le plan énergétique. Par ailleurs, en faisant l’intégration d’EpiGAN, nous allons étendre notre portefeuille de substrats innovants aux technologies basées sur le nitrure de gallium », commente Paul Boudre.

Lors de l’exercice, les dépenses d’investissement se sont élevées à 120,7 millions d’euros. Soitec attend pour l’exercice 2019-2020 un chiffre d’affaires en hausse d’environ 30% à périmètre et taux de change constants. Au cours de l’exercice 2019-2020, Soitec va ainsi poursuivre ses investissements en cours, et le montant des dépenses d’investissement devrait atteindre environ 130 millions d’euros sur l’ensemble de l’exercice.

A Bernin, les travaux préparatoires concernant l’extension du bâtiment existant de l’unité de Bernin II vont se poursuivre en vue de porter la capacité de production totale de l’usine de 650 000 à 1 000 000 tranches de 300 mm par an, étant précisé que Soitec avait jusqu’alors indiqué vouloir porter la capacité de cette usine à 800 000 tranches par an. Par ailleurs, les investissements concerneront également l’unité Bernin III dédiée aux nouveaux substrats innovants pour filtres en vue de commencer à construire une ligne de production de substrats Piézo-sur-Isolants (POI).

A Singapour, les investissements continueront d’être dédiés à l’addition progressive de capacités de production de tranches de 300 mm dans le cadre du plan de redémarrage de l’usine et dans l’optique d’atteindre une capacité de production de 1 000 000 de tranches par an afin de répondre à la demande de tranches de FD-SOI et de RF-SOI en 300 mm sur le long terme, étant précisé que Soitec avait jusqu’alors indiqué son intention de porter la capacité de l’usine de Singapour à 800 000 tranches par an.

Voir la présentation détaillée de la stratégie de Soitec