Les ventes mondiales de semiconducteurs ont totalisé 32,1 milliards de dollars en avril, soit une baisse de 0,4% par rapport à mars 2019 et un recul de 14,6% par rapport à avril 2018, selon les statistiques du WSTS. Sur les quatre premiers mois de l’année, la consommation de puces affiche ainsi un retard de 14,2% par rapport à janvier-avril 2018. Mais en Europe, elle progresse de 1,1%(en euros).

« Les ventes ont diminué par rapport à l’année dernière dans tous les principaux marchés régionaux et catégories de produits semiconducteurs. Les ventes mondiales devraient diminuer de 12% cette année, puis rebondir quelque peu avec une croissance modérée attendue l’année prochaine », a déclaré John Neuffer, président de la SIA, l’association américaine des fabricants de semiconducteurs. La SIA confirme ainsi les prévisions du WSTS publiées la veille.

Par rapport à avril 2018, les ventes, exprimées en dollars, ont diminué dans toutes les régions du monde. En Europe, elles ont reculé de 8%, à 3,36 milliards de dollars. Elles ont chuté de 29,5% sur le continent américain (à 5,75 milliards), de 10,9% en Chine (à 11,04 milliards), de 10,7% dans le reste de la zone Asie-Pacifique et autre (à 9,05 milliards) et de 10,9% au Japon (à 2,93 milliards).

Par rapport à mars 2019, les ventes ont diminué de 1,2% en Europe, de 3% sur le continent américain et de 2% en Asie Pacifique et autre. Elles ont progressé de 2,5% au Japon et de 1,8% en Chine.

+1,1% en Europe par rapport à janvier-avril 2018

Selon l’ESIA (European Semiconductor Industry Association), les principaux moteurs des ventes européennes d’avril ont été les puces optoélectroniques, les circuits logiques et les mémoires. En ce qui concerne les circuits dédiés à une application, les dispositifs spécialement conçus pour les applications automobiles et informatiques se sont particulièrement bien comportés en avril.

Mesurés en euros, les ventes en Europe de semiconducteurs d’avril se sont chiffrées à 2,967 milliards d’euros, en baisse de 0,7% par rapport au mois précédent ; cependant, mais supérieures de 0,5% à celles d’avril 2018. Sur les quatre premiers mois de l’année, la consommation européenne de puces affiche ainsi un gain de 1,1% par rapport à janvier-avril 2018.