Il n’y pas que la guerre commerciale sino-américaine qui menace la chaîne d’approvisionnement mondiale en électronique. Selon le Nikkei, la décision du Japon d’imposer à partir de demain jeudi des contrôles sur les exportations à la Corée du Sud de produits chimiques nécessaires à la fabrication de semiconducteurs et d’écrans plats risque de perturber les productions de mémoires de Samsung et SK Hynix.

Sans mettre totalement à l’arrêt les lignes de production des fabricants de mémoires, un tel dérèglement aurait des répercussions sur toute la chaîne d’approvisionnement mondiale en électronique, souligne le quotidien nippon.

À compter de jeudi, les fournisseurs japonais devront demander l’autorisation d’exporter vers la Corée du Sud trois produits chimiques utilisés dans l’industrie des semiconducteurs et des écrans plats : des polyimides, des résines photosensibles et des gaz de gravure. Selon le Nikkei, le gouvernement japonais s’attend à ce que les examens des exportations prennent environ trois mois. Or, les fabricants de puces coréens ne disposent généralement que d’un à deux mois de stocks. Les groupes japonais JSR, Showa Denko et Shin-Etsu Chemical figurent parmi les principaux fournisseurs mondiaux de ces matériaux.

Selon le Nikkei, le gouvernement japonais aurait décidé ces mesures en rétorsion à la dégradation des relations entre les deux pays. Elle trouverait son origine dans le différend de longue date qui concerne les indemnisations versées par des sociétés japonaises à des Sud-Coréens pour travail forcé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il est décidément plus que temps de relocaliser les productions et les écosystèmes de fournisseurs qui vont avec !
Lire l’article du Nikkei