Jeudi, le Président de la république a prononcé un discours au Collège de France, détaillant les mesures que prendront les pouvoirs publics pour développer l’intelligence artificielle en France. 1,5 milliard d’euros seront mobilisés d’ici la fin du quinquennat pour que le pays ne décroche pas de la scène mondiale dans ce domaine stratégique face aux ambitions des Etats-Unis et de la Chine principalement.

Sur les 10 milliards d’euros du fonds pour l’innovation annoncé en début d’année, 400 millions d’euros seront consacrés à divers appels à projet en IA, 100 millions d’euros seront consacrés à l’amorçage des start-up en intelligence artificielle et 70 millions d’euros seront consacrés à l’émergence de start-up via Bpifrance.

Deux secteurs d’application ont été annoncés comme prioritaires par le Président de la République : la santé et la voiture autonome. La France va ainsi se doter d’un cadre législatif permettant la circulation de voitures autonomes d’ici 2022, annoncé Emmanuel Macron. Dans la santé, un centre de données de santé (hôpitaux, médecine de ville, assurance maladie) sera géré par l’Institut Des Données de Santé (INDS).

Au niveau de la recherche, le président a annoncé la mise en place d’un programme national pour l’Intelligence artificielle coordonné par l’Inria et la création d’un réseau emblématique de 4 à 5 instituts dédiés.

Le Président de la République a également salué l’annonce la création de centres de recherches de Samsung, Fujitsu, IBM, Deep Mind, venant rejoindre ceux de Google ou Facebook, pour créer en France un maillage de compétences dans l’Intelligence artificielle.

Voir le discours du Président de la République

Voir le dossier de presse du rapport de Cédric Villani qui a inspiré ces mesures.