Le groupe Parrot publie ce matin un chiffre d’affaires annuel de 109,2 millions d’euros, en recul de 28% par rapport à 2017, avec un quatrième trimestre en chute de 37%, à 30,8 M€. La perte nette, part du groupe, se creuse à 111,2 M€ pour 2018, dont 27,4 M€ au 4e trimestre. Recentré sur les drones (*), le groupe Parrot, numéro 2 mondial du marché des drones grand public, pâtit de la conjoncture délétère du marché des drones grand public que l’activité en croissance dans les drones professionnels n’arrive pas à combler.

Le chiffre d’affaires généré par les drones grand public s’élève en effet à 52,8 M€ en 2018, en recul de 32%. Au total, Parrot Drones, la société qui porte les activités grand public, a commercialisé environ 413 000 unités de drones grand public en 2018, contre environ 604 000 en 2017, soit une baisse des volumes de 32%.

Les ventes du nouveau drone Parrot Anafi sont, dans un contexte de ralentissement brutal du marché des drones grand public au 3e trimestre, restées bien en deçà des attentes de Parrot Drones. L’évolution du marché des drones n’a pas été plus favorable au 4e trimestre et le chiffre d’affaires de la période s’est élevé à 14,8 M€, en chute de 47% par rapport au 4e trimestre 2017.

Cette situation qui pèse sur le modèle économique de l’entreprise a donné lieu à une réorganisation annoncée le 23 novembre 2018 : un plan de départ d’une centaine de personnes, concentré à l’international, a été mis en œuvre afin de diminuer les ressources consommées par les structures de commercialisation et celles dédiées à la production, en ligne avec les capacités actuelles du marché. Ce plan sera finalisé dans le courant du 1er trimestre 2019.

Les filiales drones professionnels (40% du CA du groupe) totalisent, quant à elles, un chiffre d’affaires de 43,6 M€ en 2018, en hausse de 5%. Les ventes de logiciels et de services (Pix4D, Airinov) sont en hausse de 24%, à 25,2 M€. Les chiffre d’affaires des équipements (senseFly et Micasense) s’élève à 18,4 M€, la baisse des ventes en base annuelle (-14%) traduit le retard de lancement de la nouvelle génération de drones à voilure fixe, finalement intervenu au 4e trimestre. Sur le marché de la Défense et de la Sécurité, après une phase d’étude et de compréhension des attentes pilotée par les nouvelles compétences recrutées, de premiers essais prometteurs ont été conclus dans différents pays et les sociétés (Parrot Drones, Sky Hero et Planck Aerosystems) livrent leurs premières commandes et vont accroître progressivement leurs activités commerciales.

Enfin, le chiffre d’affaires Autres produits grand public a représenté 12% du CA du groupe. La baisse (-62%) de cette activité historique (objets connectés et kits mains-libres automobile grand public) est conforme à la stratégie de recentrage sur les drones. Suite à la finalisation des ventes d’objets connectés en 2018, les ventes de produits automobile continueront de diminuer en 2019.

Le 23 novembre 2018, le groupe a annoncé un plan de départs mis en œuvre pour diminuer les ressources utilisées par les structures de commercialisation et de production de Parrot Drones, afin de les ajuster aux capacités actuelles du marché. Ce plan concerne une centaine de personnes et est principalement concentré à l’international, notamment aux États-Unis et en Asie. Les coûts engagés dans le cadre de cette réorganisation représentent près de 10 M€ au 31 décembre 2018. Au 31 décembre 2018, les effectifs du groupe étaient de 641 personnes (597 au 31/12/17) auxquels s’ajoutent 23 prestataires externes. Les filiales Drones professionnels totalise un effectif de 328 (285 au 31/12/17), soit 51% de l’effectif du groupe. Parrot Drones a un effectif de 268 (269 au 31/12/17) et Parrot SA de 45 personnes.

Forte diminution des activités drones grand public attendue en 2019

Parrot Drones poursuit l’adaptation de son organisation à l’évolution du marché des drones et vise ainsi à réaliser des économies substantielles en 2019, après prise en compte des coûts de restructuration toujours estimés à environ 15 M€ (dont près de 10 M€ ont déjà été comptabilisés sur 2018). Les ressources sont concentrées sur la R&D, multipliant les passerelles entre usages grand public et usages professionnels, des réseaux de distribution resserrés, principalement gérés depuis la France, et privilégiant les ventes en lignes.

Les filiales drones professionnels présentent des perspectives de croissance à deux chiffres, soutenues par une offre diversifiée, développées spécifiquement pour les différentes industries ciblées (agriculture de précision, cartographie 3D, géomatique, inspection et sécurité) mais dont l’évolution reste sujette à la hausse de la pénétration des nouvelles technologies offertes par les drones, dont le rythme d’adoption est difficilement prévisible, reconnaît l’entreprise.

Pour 2019, les attentes du groupe devraient se traduire par une forte diminution des activités de Parrot Drones, dans un marché grand public attendu en berne et en tablant sur une montée en puissance lente des usages professionnels, dont la démocratisation auprès des plus petites entreprises est encore freinée par l’environnement réglementaire. Les actions doivent ramener la perte annuelle à un niveau soutenable pour continuer de répondre aux potentiels du marché à long terme, espère Parrot. Concernant les drones professionnels, les sociétés du groupe escomptent une croissance renforcée et la plupart d’entre elles devraient être proches de l’équilibre en fin d’année.

Sur ces bases, Parrot compte disposer à fin 2019 d’environ 100 M€ de trésorerie à comparer à 160,3 M€ au 31 décembre 2018.

(*) En application de l’accord entre Parrot et Faurecia annoncé le 5 juillet 2018, Parrot a cédé la totalité des intérêts résiduels dans Parrot Faurecia Automotive au 30 septembre 2018, détenue à hauteur de 80% par Parrot et de 20% par Faurecia depuis le 31 mars 2017. A la suite de l’acquisition par la société Horizon, société contrôlée par Henri Seydoux, fondateur et p-dg de Parrot, d’un bloc de 9,59% du capital de Parrot, Horizon a déposé le 29 janvier 2019 un projet d’offre publique d’achat obligatoire sur les actions Parrot au prix de 3,20 euros par action.