Il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Mais on a assisté cette semaine à une escalade verbale entre les Etats-Unis et la Chine concernant leurs échanges commerciaux. Mardi, l’administration américaine a publié une liste de 1300 catégories de produits en provenance de la Chine susceptibles d’être frappés de droits de douane de 25%. Faut-il y voir autre chose que du bluff ? En tout cas, l’électronique et notamment les semiconducteurs figurent en nombre dans cette liste disparate.

L’idée est de contraindre la Chine à revoir ses pratiques commerciales afin de réduire le déficit commercial américain avec la Chine. Ces propositions de mesures coercitives concernent 50 milliards de dollars d’importations chinoises aux Etats-Unis. Hier, le Président Trump est allé plus loin, réclamant des mesures pour 100 milliards de dollars d’importations chinoises. La Chine a rétorqué que si les États-Unis persistaient dans leurs mesures unilatérales et protectionnistes, la Chine était prête à aller jusqu’au bout, quel qu’en soit le prix.

Chacun montre ses muscles, ce qui est de bonne guerre pour négocier. La Chine a érigé en priorité la constitution d’une industrie locale des semiconducteurs forte afin d’accroître son indépendance en matière de circuits intégrés. Elle pourra difficilement renoncer à sa politique industrielle dans ce domaine. On image que les industriels américains vont réagir pour montrer les effets néfastes de taxer les semiconducteurs ou les cartes de circuits imprimés qui entrent dans la composition de leurs produits, mettant ainsi à mal leur compétitivité sur la scène internationale. Mais, comme la rationalité n’est pas la vertu principale du Président américain, nous sommes peut-être à l’aube d’un dérèglement des pratiques commerciales en vigueur dans l’industrie électronique depuis la mondialisation.

Voici la liste des 1300 produits chinois potentiellement concernés