Lors du Conseil national de l’industrie de ce 22 novembre 2018, Édouard Philippe a dévoilé ce matin le nouveau dispositif d’accompagnement au service des territoires à forte dimension industrielle. Au programme : 124 « Territoires d’industrie » sélectionnés, plus d’un milliard d’euros de financement, et une gestion décentralisée.

L’innovation est déterminante dans la compétition industrielle internationale. Pour cette raison, le gouvernement a intégré l’innovation dans 18 contrats de filière. 16 filières avaient été labellisées au fil de l’année et 5 contrats de filières ont été signés. L’objectif est de finaliser les 11 contrats de filières restants d’ici la fin de l’année. Pour ce qui nous concerne, le contrat de filière de l’industrie électronique sera signé le 27 novembre prochain.

Deux nouvelles filières ont été labellisées aujourd’hui : la filière des industries de sécurité, qui portera des projets structurants tels que la sécurité des prochains jeux olympiques, la cybersécurité, la souveraineté en matière de sécurité ou encore l’identité et la confiance numérique (voir notre article dans cette édition) ; la filière des infrastructures numériques, primordiale à l’heure du numérique, où les questions de la connectivité, des nouveaux usages, mais aussi de la sécurité des systèmes et des infrastructures est au coeur du débat public. Les usages permis par le numérique et les transformations associées – objets du CNI numérique – nécessitent la mise à disposition préalable, sur l’ensemble du territoire, d’infrastructures numériques. L’enjeu actuel est le déploiement du THD (Très Haut Débit) fixe et mobile, qui constitue le plus grand chantier d’infrastructure pour les 15 ans à venir. Les défis majeurs pour demain en matière d’infrastructure numérique sont ceux de la mise en oeuvre de la 5G et de l’Internet des Objets (IoT) combiné à l’intégration d’intelligence dans les réseaux (smart). L’Internet des Objets (IoT), dans ses différents aspects (notamment territoires intelligents, voitures connectées, e-santé, e-agriculture), est un domaine susceptible d’apporter des bénéfices significatifs à la société dans son ensemble. Le CSF des infrastructures du numérique rassemble 13 000 entreprises, pour un effectif de 280 000 salariés et un chiffre d’affaires de 52 milliards d’euros. Il sera présidé par Didier Casas, président de la FFT et directeur général adjoint de Bouygues Télécom.

L’autre enjeu majeur en 2019, c’est la reconquête des territoires d’industrie. Pour soutenir ces territoires, une nouvelle approche, au plus près de la géographie industrielle et de la réalité institutionnelle, sera mise en place. Le gouvernement a confié, le 20 septembre 2018, une mission de définition à une équipe pluridisciplinaire (parlementaires, élus, industriels, experts). Son objectif était de concevoir un nouveau dispositif d’accompagnement au service des territoires ayant une forte dimension industrielle.

La mission a ainsi identifié 124 « Territoires d’industrie », répartis dans toute la France, dont la grande majorité se situent en dehors des métropoles. Ces 124 territoires bénéficieront d’un engagement spécifique de l’Etat, qui mobilisera un éventail de politiques publiques pour appuyer et accompagner les projets de ces territoires.

« Ces 124 territoires (…) vont signer durant les prochains mois, un contrat de projet territorial industriel pour formaliser les engagements que prendront les parties prenantes », a déclaré Edouard Philippe. Un point d’étape sera effectué à la prochaine réunion du Conseil national de l’industrie, en mars 2019, à Lyon, dans le cadre du salon Global Industrie.

Le nouveau dispositif repose sur un principe de gestion décentralisée. Le pilotage et l’animation des « Territoires d’industrie » associeront les élus locaux, l’industrie, les conseils régionaux et l’Etat. Les Régions ont eu un rôle déterminant dans l’identification des 124 « Territoires d’industrie, elles occuperont un rôle central dans le nouveau dispositif d’accompagnement. Les présidents de région seront ainsi les pilotes du dispositif, a assuré le Premier ministre.

Plus d’un milliard d’euros en faveur des « Territoires d’industrie »

Le nouveau dispositif s’appuie sur le principe de la concentration des moyens. « Ces moyens sont à la fois financiers, avec plus d’un milliard d’euros de financements orientés en priorité vers ces territoires, administratifs, techniques et humains. Ces moyens forment une sorte de « panier de services » à destination des territoires d’industrie », appuie Edouard Philippe.

Le gouvernement accompagnera les 124 territoires sélectionnés en mettant en place un assortiment de services dont ils pourront se saisir pour développer ou renforcer leurs projets de territoires. Ce « panier de services » représente 18 mesures pour répondre à 4 besoins des « Territoires d’industrie » : recruter, innover, attirer et simplifier. Autre mesure, avec l’aide de Bpifrance, le gouvernement souhaite développer dans ces territoires le « volontariat territorial en entreprise ». Cette expérimentation a pour objectif d’orienter de façon privilégiée les étudiants en école d’ingénieurs ou de commerce vers des PME.

Voir le dossier complet