Au centre de la guerre froide technologique entre les États-Unis et la Chine, Huawei a activé un plan visant à se dissocier de ses fournisseurs américains poussant les autres entreprises asiatiques à accélérer leur développement, écrit le Nikkei Asian Revew, qui consacre un article très fouillé à l’ambition du numéro un mondial des télécoms : une « désaméricanisation » sans retour de l’industrie technologique chinoise.

On apprend dans l’article du Nikkei que le géant chinois n’a pas attendu les sanctions américaines du mois de mai pour activer son plan. Huawei a dépêché des équipes depuis de longs mois chez des fournisseurs chinois et asiatiques potentiels pour les faire rapidement monter en qualité et augmenter leurs capacités de production, afin de les substituer à ses fournisseurs américains (fondeurs, sociétés de packaging, etc.).

« Partout en Asie, les sociétés des semiconducteurs recevaient des messages similaires de Huawei : augmentez votre production et nous achèterons votre produit. Dans un marché mondial en ralentissement, Huawei a pris un engagement auquel il était impossible de résister : la société garantissait des taux d’utilisation jusqu’à 80% aux fournisseurs potentiels et actuels pour les deux prochaines années », écrit le Nikkei.

Pour cette entreprise qui emploie 194 000 personnes et réalise un chiffre d’affaires annuel de plus de 105 milliards de dollars, il n’y aura pas de retour en arrière, soulignent les interlocuteurs du journal japonais. Mieux, d’autres mastodontes (Xiaomi, Alibaba) suivent la voie et se dotent rapidement de capacités de conception de puces.

Pour le Nikkei, tout le pays est derrière Huawei, dont le nom signifierait « la Chine peut réussir », pour se protéger contre l’agression étrangère. A méditer.

Lire l’article du Nikkei : « Inside Huawei’s secret plan to beat American trade war sanctions »