Un an après le lancement de l’European Battery Alliance (EBA), le plan d’action de la Commission européenne est en place, les premières installations de production pilotes sont en cours de construction et d’autres projets sont annoncés pour que l’UE devienne le principal acteur dans le domaine stratégique des batteries.

Selon la Commission, le marché des batteries pourrait représenter 250 milliards d’euros par an à partir de 2025. Pour couvrir uniquement la demande de l’Union européenne, il faudrait au moins 20 « gigafactories » (installations de production de cellules de batterie à grande échelle) établies en Europe. L’ampleur et la rapidité des investissements nécessaires nécessitent un effort combiné pour relever ce défi industriel.

Un an après le lancement de l’Alliance européenne pour la batterie, la France salue les travaux engagés par la Commission européenne, en partenariat avec les Etats membres et les industriels et les progrès accomplis au niveau européen. Une feuille de route européenne a été établie avec les acteurs industriels appartenant à l’ensemble de la chaîne de valeur de la production et de l’utilisation des batteries pour les véhicules électriques. Un plan d’action stratégique a été adopté par la Commission européenne afin de faire de l’Europe un leader dans la production durable et compétitive de batteries.

La réunion, qui s’est tenue hier à Bruxelles, avait également pour objet de faire le point sur les projets industriels de développement de capacités de production, en présence des consortiums européens qui les portent. Ainsi, le consortium piloté par le fabricant français de batteries Saft, associant notamment Solvay, Manz et Siemens, a présenté les avancées de son initiative. Celle-ci prévoit un ambitieux programme de recherche, de développement et d’industrialisation de cellules électrochimiques rechargeables au lithium de 4e génération et de batteries construites autour de ces cellules.

Delphine Gény-Stephann, alors secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, a rappelé le soutien de la France à l’initiative lancée par Maros Sefcovic, Vice-Président de la Commission européenne, ainsi qu’au projet industriel porté par Saft. « La poursuite des travaux de l’Alliance européenne pour la batterie et le succès des projets industriels, au premier rang desquels se situe celui porté par Saft, est un enjeu essentiel pour la compétitivité et la souveraineté de l’industrie automobile européenne », a salué l’ancienne secrétaire d’état.

Plus globalement, en moins d’un an, l’Institut européen d’innovation et de technologie (EIT) InnoEnergy a réussi à mobiliser et à diriger un réseau d’environ 260 acteurs de l’innovation et de l’industrie, issus de tous les segments de la chaîne de valeur des batteries. Ces acteurs clés se sont engagés à investir dans des actions et des projets qu’ils ont identifiés collectivement comme étant des priorités.

Voici une liste non exhaustive des projets en cours

Matériaux
Umicore a annoncé en juin 2018 un investissement majeur en Pologne – Nysa – pour la production de matériaux cathodiques. L’usine s’appuiera sur des technologies de pointe et devrait commencer les livraisons à la fin de 2020.

• BASF, acteur de premier plan sur le marché des matériaux de batterie, s’attend à une croissance rapide du marché des batteries lithium-ion et prévoit de développer ses capacités de production en Europe.

Solvay travaille au développement d’électrolytes et matériaux nécessaires à la mise en place de batteries hautement efficaces. La société envisage de construire une usine en Europe.

Cellules de batterie
• Les travaux ont déjà commencé pour la construction d’une ligne de démonstration dans le cadre d’un projet mené par le Suédois Northvolt (avec un prêt de 52,5 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement). La production doit commencer dans la seconde partie de 2019. Northvolt a également obtenu le permis de construire une installation de plus grande taille en Suède. L’objectif est d’augmenter la production jusqu’à 32 GWh en 2023.

• BMW Group, Northvolt et Umicore ont formé un consortium technologique conjoint afin de collaborer au développement d’une chaîne de valeur complète et durable pour les cellules de batterie pour véhicules électrifiés en Europe.

• Le fabricant de batteries Saft a annoncé en février 2018 la création d’un consortium avec Solvay, Umicore, Manz et d’autres pour développer et fabriquer des cellules de batterie, en commençant par la technologie lithium-ion suivie du lithium-ion à l’état solide.

Siemens travaille avec toute la chaîne de valeur de la fabrication de cellules sur les défis et les solutions de fabrication, et s’est récemment engagé dans le pilotage des premières lignes de production entièrement automatisées et numérisées en Europe

Côté recherche, le 24 janvier 2019, un appel sera ouvert avec un budget total de 114 millions d’euros du programme Horizon 2020 pour les thèmes liés aux batteries, contribuant également aux objectifs de l’European Battery Alliance. En 2020, des thèmes supplémentaires pour des projets liés aux batteries représentant un budget total de 70 millions d’euros seront publiés.

Plus d’infos sur l’European Battery Alliance