A quelques semaines des élections européennes, la Fédération des Industries Électriques, Électroniques et de Communication (FIEEC) a réuni hier décideurs et représentants industriels de haut niveau afin d’échanger sur les conditions du succès d’une politique industrielle européenne ambitieuse lors de son colloque « Quelle politique européenne pour les industries technologiques ? ».

« Fortes de 3000 entreprises qui emploient 400 000 salariés et réalisent 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires dont 40% à l’export, les électro-industries jouent un rôle moteur pour la croissance économique, la compétitivité et l’emploi, sur notre territoire national et en Europe », a souligné Gilles Schnepp, président de la FIEEC, en ouverture du colloque. « L’Europe doit se doter des conditions nécessaires au succès d’une politique industrielle ambitieuse, de la « better regulation » à la mise en œuvre des règles garantissant la loyauté des échanges, et définir des objectifs forts en matière d’efficacité énergétique, de numérique, de mobilité durable ou de bâtiment connecté et durable », a-t-il ajouté.

Ce colloque a été l’occasion pour la FIEEC de réitérer son engagement européen et de partager ses 21 propositions pour relever les défis sociétaux et environnementaux européens, livret consultable ici.

Ce document, très consensuel, décline les 21 propositions suivant divers grands chapitres : élaboration d’une meilleure réglementation, loyauté des échanges, facilitation des échanges internationaux, soutien adapté à l’innovation et aux secteurs européens stratégiques, politique énergétique et climatique ambitieuse, mobilité propre et connecté, bâtiment plus sobre et plus connecté, transformation numérique de l’Europe.

Les travaux étaient organisés en deux tables rondes. Plusieurs personnalités politiques ont répondu présentes à cet événement à vocation pluraliste. Ainsi, Anne Sander, députée européenne LR, Malte Lohan, directeur général Orgalim – Europe’s Technology Industries, et Thierry Tingaud, vice-président électronique FIEEC et président de STMicroelectronics France, ont pu échanger sur les conditions du succès d’une politique industrielle européenne ambitieuse.

La seconde table ronde, portant sur les propositions pour répondre aux grands enjeux européens, réunissaient quant à elle Lorena Boix Alonso, directrice Policy Strategy & Outreach, DG Connect, Commission européenne ; Patrick Bertrand, vice-président numérique FIEEC et COO de HOL/NEST ; Thibault Gouache, responsable numérique LREM ; et Corinne Narassiguin, Secrétaire nationale à la coordination PS.

Pierre Gattaz, président de Business Europe, et Frédéric Saint-Geours, France Industrie, sont intervenus en qualité de grands témoins. L’événement a été conclu par Salvatore Serravalle, Secrétaire Général Adjoint SGAE.

La Fédération des Industries Électriques, Électroniques et de Communication rassemble 29 organisations professionnelles des industries de l’électricité, de l’électronique et de la communication, dont 22 adhérents et 7 membres associés. Ensemble, les membres de la FIEEC représentent 3000 entreprises qui emploient 400 000 salariés et réalisent 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur le territoire national, dont 46% à l’export. La FIEEC est membre de l’association européenne Orgalim, de France Industrie, du Medef, de la CPME et de l’UIMM.