Bruno Le Maire a annoncé hier une commande de 100 « TGV du futur » auprès d’Alstom. Cette commande doit encore être confirmée par SNCF Mobilités. L’annonce a été faite en marge d’une réunion du comité de suivi du rapprochement entre Alstom et les activités mobilité du groupe Siemens, au ministère de l’Economie et des Finances. Ce comité de suivi se réunit afin de faire un point d’avancement de l’opération et de confirmer et partager les engagements pris par Siemens auprès de l’Etat français.

« Nous confirmons la commande par l’Etat de 100 TGV du futur. Cette commande doit passer devant le conseil d’administration de SNCF Mobilités soit fin avril, soit fin juin. En tout état de cause, la décision est prise, elle sera effective », a affirmé le ministre de l’économie et des finances. Dans un tweet, Alstom s’est réjoui de cette annonce.

En septembre 2016, la SNCF et Alstom avaient dévoilé les contours de leur partenariat destiné à créer la nouvelle génération de TGV.  Le partenariat d’innovation SNCF-Alstom vise à concevoir le nouveau TGV et à le produire pour une mise en service courant 2022.  Il se déroule en trois phases : définition et spécification en commun du nouveau TGV, jusqu’à fin 2017 ; conception détaillée, industrialisation et homologation, pendant environ 4 ans ; production, livraison des rames, et mise en service commercial prévue mi-2022.

Huit des 12 sites Alstom en France participent à la conception du nouveau train : Belfort pour les motrices, La Rochelle pour les voitures, Villeurbanne pour le système informatique de contrôle-commande, d’information voyageurs et les équipements embarqués, Ornans pour les moteurs, Le Creusot pour les bogies, Tarbes pour la traction, Petit Quevilly pour les transformateurs, Saint Ouen pour le design, la signalisation, le soutien logistique et le support services.

Les objectifs pour cette nouvelle génération de TGV sont de réduire les coûts d’acquisition et d’exploitation d’au moins 20%, d’optimiser l’empreinte environnementale, avec un taux de recyclabilité des matériaux de plus de 90% et une réduction de la consommation d’énergie d’au moins 25% et, enfin d’améliorer l’expérience voyageurs, avec une plus grande modularité des aménagements intérieurs et de la composition de la rame, une qualité accrue en termes de services aux clients, de confort, de connectivité. Ces rames offriront 20% de capacité supplémentaire.