Dans une lettre adressée aux clients et aux partenaires, Bob Swan, directeur financier et CEO par intérim d’Intel, reconnaît implicitement la pénurie de microprocesseurs Intel réalisés en technologie 14 nm. Pour faire face, Intel annonce qu’il va investir un montant record de 15 milliards de dollars dans l’équipement de ses usines, soit environ 1 milliard de dollars de plus que sa prévision de début d’année.

« Nous investissons 1 milliard de dollars dans nos sites de production en technologie 14 nm dans l’Oregon, dans l’Arizona, en Irlande et en Israël. Ces dépenses supplémentaires ainsi que d’autres optimisations des rendements augmentent notre offre pour répondre à la croissance de votre demande », écrit le p-dg par interim.

Rappelons que le cabinet d’études taïwanais TrendForce estime que le déficit d’offre de processeurs sur le marché des ordinateurs portables était passé d’environ 5% en août à 5-10% en septembre, avec une probabilité que le déficit d’approvisionnement dépasse 10% au 4e trimestre. Selon DigiTimes, Intel aurait même songer à sous-traiter en fonderie une part de ses microprocesseurs en technologie 14 nm auprès de TSMC. Cette annonce indique qu’Intel a plutôt privilégié une solution interne.

Par ailleurs, concernant la technologie 10 nm, Intel souligne que les rendements s’améliorent et espère une production de volume en 2019. En avril dernier, Intel avait été sanctionné en Bourse pour avoir repoussé en 2019 par rapport à un calendrier initial de fin 2018 sa production en technologie 10 nm, reconnaissant alors des problèmes de rendements dans ce process.

Pour le 2e trimestre, Intel a réalisé un chiffre d’affaires de 17 milliards de dollars, en progression de 15% par rapport au 2e trimestre 2017, avec un bénéfice net de 5 milliards (+78%). Pour l’ensemble de 2018, Intel vise désormais un chiffre d’affaires de 69,5 milliards de dollars, en hausse de 11% par rapport à 2017.