Infineon relance les méga-acquisitions dans l’industrie des semiconducteurs. Non content d’être redevenu le premier fabricant européen de puces au 1er trimestre, le groupe allemand creuse l’écart en annonçant ce matin la signature d’un accord définitif pour racheter l’Américain Cypress Semiconductor. La transaction en numéraire à 23,85 dollars par action, valorise Cypress à 9 milliards d’euros.

Une fois la transaction bouclée d’ici fin 2019 ou début 2020, Infineon adressera un marché de 45 milliards d’euros avec un effectif de 47 000 personnes dont 8600 emplois en R&D. Numéro 8 mondial des semiconducteurs, Infineon totalisera un chiffre d’affaires de près de 10 milliards d’euros (contre 7,6 milliards avec 40 100 employés lors de son dernier exercice) et occupera une position de numéro un mondial dans les semiconducteurs pour l’automobile, les discrets de puissance, et les circuits intégrés de sécurité.

Fondé en 1982, Cypress Semiconductor est un fabricant de microcontrôleurs, de circuits analogiques, de circuits de connectivité sans fil et USB et de mémoires, pour solutions embarquées avancés dans l’automobile, l’industriel, le résidentiel, l’électroménager, l’électronique grand public et le médical. L’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 2,48 milliards de dollars en 2018, pour un bénéfice net de 354,6 M$.

« L’acquisition de Cypress constitue une étape décisive dans le développement stratégique d’Infineon. Cette transaction nous permettra de proposer à nos clients le portefeuille le plus complet qui soit pour relier le réel au numérique, ce qui ouvrira un potentiel de croissance supplémentaire dans les secteurs de l’automobile, de l’industrie et de l’Internet des objets », se félicite Reinhard Ploss, CEO d’Infineon.

Hassane El-Khoury, CEO de Cypress, ajoute : « L’équipe de Cypress est ravie de s’associer à Infineon pour tirer parti des opportunités de plusieurs milliards de dollars résultant de la hausse massive des besoins en connectivité et en informatique lors des prochaines vagues technologiques ».

Avec l’ajout de Cypress, Infineon servira une gamme plus large d’applications. Cypress dispose d’un portefeuille de microcontrôleurs, ainsi que de logiciels et de composants de connectivité complémentaires des solutions en matière de semiconducteurs de puissance, de capteurs et de solutions de sécurité d’Infineon. La combinaison de ces actifs technologiques doit permettre de créer des solutions complètes pour les applications à forte croissance telles que les entraînements électriques, les appareils alimentés par batterie et les alimentations. La combinaison de l’expertise d’Infineon en matière de sécurité et du savoir-faire de Cypress en matière de connectivité doit permettre d’accélérer l’entrée dans les nouvelles applications IoT dans les segments industriel et grand public. Dans le secteur des semiconducteurs pour l’automobile, le portefeuille élargi de microcontrôleurs et de mémoires flash NOR ouvre de nouvelles perspectives, compte-tenu en particulier de leur importance croissante pour les systèmes avancés d’aide à la conduite et les nouvelles architectures électroniques des véhicules.

Grâce à la présence géographique de Cypress aux États-Unis, Infineon renforce ses capacités pour ses principaux clients en Amérique du Nord, mais également dans d’autres régions géographiques importantes. La société renforce sa présence en recherche et développement dans la Silicon Valley et acquiert une présence, ainsi que des parts de marché, sur le marché japonais.

Dans le même temps, Infineon vise à réaliser des économies d’échelle significatives. Les économies d’échelle attendues créeront des synergies de coûts de 180 millions d’euros par an d’ici 2022. Les portefeuilles complémentaires permettront d’offrir d’autres solutions de puces offrant un potentiel de synergies de revenus supérieur à 1,5 milliard d’euros par an à long terme.

Une fois l’intégration finalisé, Infineon visera ensuite une croissance de chiffre d’affaires de plus de 9% et une marge opérationnelle de 19%. Son ratio investissements/ventes devrait diminuer à 13%.

Voir la présentation du rachat