Les 10 premiers fournisseurs mondiaux de semiconducteurs dans le monde ont tous connu une baisse de leurs ventes au premier trimestre de 2019 par rapport au 1er trimestre 2018, selon le classement établi par IHS Markit. En trois mois, Infineon a repris à STMicroelectronics le rang de 1er fabricant européen.

Le marché mondial des semiconducteurs est ainsi tombé à 101,2 milliards de dollars au premier trimestre, en baisse de 12,9% par rapport à 116,2 milliards de dollars au premier trimestre de 2018. Il s’agissait de la plus forte baisse trimestrielle en variation annuelle depuis 10 ans.

Les mémoires ont été le principal responsable de la chute des ventes. En excluant les mémoires, le marché aurait tout de même reculé de 4,4% sur douze mois au cours du trimestre. Toutefois, d’autres facteurs ont également contribué à la piètre performance du marché, notamment une augmentation des stocks excédentaires et une baisse de la demande des principaux marchés finaux.

Malgré la dégradation abrupte des conditions de marché, le classement des 10 principaux fournisseurs est resté pratiquement inchangé par rapport au quatrième trimestre de 2018. Cependant, le fournisseur allemand Infineon a grimpé de trois rangs par rapport au quatrième trimestre de 2018 pour prendre la huitième place. Infineon a surperformé ses concurrents en limitant la baisse de son chiffre d’affaires à seulement 0,3% par rapport au 4e trimestre 2018 (-0,6% par rapport au 1er trimestre 2018). La société a réussi à afficher une performance relativement forte dans le secteur des puces pour l’automobile. Dans le même temps, les ventes de STMicroelectronics ont diminué de 6,7% par rapport à l’année précédente en raison de la faiblesse de ses ventes sur le marché des communications sans fil.

Infineon devient ainsi le premier fabricant de puces européen, rang occupé par STMicroelectronics au 4e trimestre 2018.

Le marché des mémoires a connu une forte baisse au premier trimestre, avec des ventes en chute de 25% par rapport au quatrième trimestre de 2018. Les ventes trimestrielles de mémoires DRAM ont chuté séquentiellement de 26,1%, tandis que celles de mémoires flash NAND ont diminué de 23,8%.

Parmi les 10 principaux fournisseurs, Samsung a enregistré la plus forte baisse de chiffre d’affaires au premier trimestre, avec un plongeon de 34,6% par rapport au 1er trimestre 2018. Samsung a été touché de manière disproportionnée par la conjugaison de la baisse de la demande, de la hausse des stocks et de la chute des prix des mémoires, qui ont représenté près de 84% de ses ventes totales de semiconducteurs au premier trimestre. Les autres fabricants de mémoires du Top10 ont été également fortement impactés par la conjoncture : SK Hynix (-26,3%) et Micron Technology (-22,5%)

L’Américain Intel a enregistré la meilleure performance parmi les 10 principaux fabricants de puces, avec une chute de ses ventes de seulement 0,3% d’une année sur l’autre. Intel a échappé aux pires effets de la conjoncture, car il n’est pas très exposé aux ventes de mémoires, qui ont représenté moins de 6% de son chiffre d’affaires. Toutefois, les activités de la société liées aux microprocesseurs sont toujours affectées par la hausse des stocks et la baisse de la demande des secteurs des ordinateurs personnels, des entreprises et du cloud. Le marché global des puces pour applications informatiques a chuté de 16,7% au premier trimestre, souligne IHS Markit. Intel a ainsi réussi à conserver la première place du classement des semiconducteurs au premier trimestre, rang qu’il avait repris à Samsung au quatrième trimestre 2018.

En 2018, L’Américain Nvidia a enregistré une forte hausse des ventes de processeurs graphiques (GPU) utilisées pour des applications d’intelligence artificielle. Cependant, la société a enregistré le troisième pire résultat parmi les 10 premiers fabricants de puce au 1er trimestre, avec une chute de 23,7% de ses revenus d’une année sur l’autre. Les résultats de Nvidia ont été affectés par le net déclin des cryptomonnaies et par la décision prise par Advanced Micro Devices d’introduire ses propres GPU dans les applications de centre de données, directement en concurrence avec Nvidia.