Le groupe français HF Company, intégrateur de solutions technologiques dans l’univers de la maison connectée (marques Metronic, Omenex et LEA), annonce être entré en négociations exclusives pour le rachat à l’international d’une société à fort contenu technologique, dans une activité complémentaire de celles du groupe. L’identité et le métier de cette société, qui affiche des marges élevées sur un marché en forte croissance, n’ont pas été révélés.

Cette opération devrait être fortement relutive dès l’exercice 2018, affirme HF Company dont l’objectif est de finaliser cette opération au cours du premier trimestre. Une fois cette opération réalisée, HF Company assure qu’il disposera toujours d’une trésorerie nette positive lui permettant de poursuivre la structuration d’un groupe présent dans les technologies et l’accès Internet à haut débit.

Chiffre d’affaires en repli de 37% en 2017

L’exercice 2018 devrait en outre marquer le retour à la croissance forte du groupe HF Company, après le trou d’air lié à la fin du passage à la TNT HD en France. Dans un exercice de normalisation de l’activité, le chiffre d’affaires du groupe HF Company a en effet atteint 42,6 M€ en 2017, en retrait de 37%. Le quatrième trimestre 2017 est le dernier marqué par le retour à un niveau normatif après la forte hausse réalisée en 2016, principalement sous l’effet du lancement de la TNT Haute Définition en France.

Le chiffre d’affaires Home digital Life s’est ainsi établi à 24 M€ sur la période, contre 37,8 M€ en 2016, soit une baisse de 36,4%. La France supporte logiquement la totalité du repli, tandis que les ventes à l’international sont en hausse de 1,7%. Le chiffre d’affaires du pôle Digital Broadband ressort à 18,6 M€ contre 29,9 M€, suite à des ventes exceptionnellement importantes de splitters en Australie en 2016, soit un repli de 37,7%.

Le quatrième trimestre enregistre une sensible amélioration de la croissance, avec un repli de 13%. L’activité Home Digital Life a été quasi-stable au cours de ce trimestre, à 6,9 M€ contre 7 M€ au 4e trimestre 2016, tandis que l’activité Digital Broadband reste pénalisée par l’effet de base de 2016.