Emanation du bureau d’études Creative Eurecom, la start-up angevine Physidia, qui a développé une machine d’hémodialyse à domicile permettant aux patients de recouvrer autonomie et mobilité, annonce une levée de fonds de 15 millions d’euros afin d’accélérer son développement. Au-delà de l’innovation, la production de la machine et d’une partie des consommables est réalisée en France.

Créée à Angers en 2011 par Michel Houdou, Physidia a mis au point et commercialise le système S³, premier système conçu spécifiquement pour le patient en hémodialyse quotidienne. Physidia bénéficie des multiples compétences techniques du groupe OEM Development et de ses filiales, Créative Eurecom et Crossway Technologies (électronique embarquée micromécanique, plasturgie, fluidique, logiciel, prototypage, etc.) qui lui ont permis de réussir la création et l’industrialisation du système S3. Grace à une série d’innovations brevetées, S3 permet d’accéder aux techniques de dialyses reconnues comme les plus performantes. Le modèle économique de Physidia est basé sur la commercialisation de cet équipement et la fourniture de nouveaux consommables stériles nécessaires à chaque séance.

L’entrée d’un family office actif dans le secteur de la santé qui a investi 15 M€ dans la société va donner à Physidia les moyens de se structurer pour accroitre son développement national et son déploiement à l’international.

« Ce partenariat est à la fois financier et industriel, car ce fonds familial est composé d’entrepreneurs ayant déjà réussi un succès international avec des équipements médicaux de grande précision. Leur apport stratégique et leur expérience en lancement de nouveaux produits médicaux à l’international nous seront d’une grande aide en cette période charnière de lancement de S3 en Europe et en attendant la certification de la FDA pour adresser le marché américain à moyen terme », souligne Michel Houdou, président d’OEM Development et fondateur de Physidia.

physidiaL’insuffisance rénale chronique terminale est un handicap sévère et de longue durée pour des dizaines de milliers de personnes en France. Le traitement conventionnel par hémodialyse (rein artificiel) correspond typiquement à trois séances hebdomadaires de 4 heures en établissement de santé, auxquelles il faut ajouter les temps d’attente, de récupération et de transport. S’élevant actuellement à 43 000 personnes, le nombre de personnes dialysées augmente chaque année de plus de 3%, avec un coût pour la collectivité de l’ordre de 4 milliards d’euros par an. La solution Physidia permet d’obtenir une économie significative pour la collectivité, notamment en limitant les visites dans les centres de santé ou le transport vers ces centres.

La machine S³, compacte (23 kg) et mobile, est connectée à une centrale de télésurveillance médicale, assurant ainsi le traitement en autonomie. Le traitement est désormais quotidien et court (2 heures), réalisable par le patient lui-même sur son lieu de vie, sans compromis sur la qualité de l’épuration rénale, ni la sécurité.

Près de 100 patients bénéficient déjà quotidiennement de ce traitement à domicile, qui leur permet de retrouver un mode de vie normal. La demande sur cet équipement est en forte croissance, les fonds levés vont ainsi permettre à la société de se structurer et d’accroitre sa commercialisation.

Aux premières étapes de son développement, Physidia a bénéficié pour son financement de l’appui de Ouest-Croissance, Sodéro Gestion, Bpifrance, de la région Pays de la Loire et d’Angers Loire Développement.