La Semiconductor Industry Association (SIA), qui représente le leadership américain en matière de fabrication, de conception et de recherche de semiconducteurs, s’alarme à son tour de l’escalade récente des tensions commerciales et technologiques entre les États-Unis et la Chine. De son côté, l’administration américaine rétropédale et donne un sursis de trois mois aux fabricants de composants pour stopper leurs ventes à Huawei.

Jusqu’au 19 août, Huawei sera ainsi autorisé à acheter des équipements et des composants à ses fournisseurs américains pour maintenir le bon fonctionnement de réseaux existants.

« Nous sommes préoccupés par le récent échec des négociations entre les États-Unis et la Chine et l’escalade des tensions entre les deux parties, mais nous espérons toujours qu’un accord mutuellement bénéfique sera toujours à portée de main. Il y a trop en jeu pour que les deux plus grandes économies du monde ne parviennent pas à une sortie par le haut. Nous suivons de près les évolutions liées à l’arrêté de la chaîne logistique et à l’action imminente du ministère du Commerce visant à ajouter Huawei à la liste des entités du département Commerce. Nous reconnaissons que la résilience de l’infrastructure de cybersécurité de notre pays est essentielle à la sécurité nationale et exhortons l’Administration à mettre en œuvre ces mesures de manière totalement transparente, en intégrant les contributions de l’industrie américaine et en s’attaquant aux problèmes de sécurité nationale des États-Unis sans nuire au leadership et à la compétitivité technologiques du pays », écrit John Neuffer, président de la SIA.

Communiqué du BIS (Bureau of Industry and Security) de l’U.S. Department of Commerce