Le groupe Erard, spécialiste en supports, mobiliers pour TV/périphériques audio-vidéo et connectique, a repris récemment la société francilienne D3C. Cet acteur du secteur de l’audiovisuel grand public et professionnel renforce ainsi ses positions sur le marché de la connectique professionnelle.

L’industriel isérois, spécialisé dans l’intégration et la connexion de la télévision et de ses périphériques au sein de la maison et de l’univers professionnel, a finalisé la reprise de D3C, une PME de Gennevilliers (92) essentiellement tournée vers une cible de professionnels. Désormais baptisée Erard D3C, l’entreprise francilienne vient compléter l’offre connectique du groupe Erard, développée en 1999 avec l’acquisition de la société ITC Europe, devenue ensuite Erard Connect.

« En dépit d’une forte notoriété sur ses marchés et d’une maitrise reconnue par les professionnels, D3C a connu des difficultés suite à des problèmes de trésorerie. Elle garde cependant un carnet de commandes bien rempli et une excellente image auprès de ses clients », analyse Pascal Marchand, président du groupe Erard. Pour réussir cette reprise et intégrer rapidement Erard D3C dans la dynamique du groupe, Frédéric Bettega, directeur général d’Erard, assurera également la direction générale de la nouvelle entité.

Erard D3C, qui emploie 13 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 1,4 M€, travaille essentiellement avec une clientèle professionnelle. La localisation parisienne de la PME va permettre à Erard de renforcer sa position auprès des grands comptes. Forte d’une expérience de près de 35 ans, l’entreprise propose une gamme complète de câbles, connecteurs, cordons, périphériques standards ou sur-mesure.

Avec l’acquisition de D3C, le groupe Erard, qui emploie 130 personnes, entend renforcer la dynamique de croissance qu’il a enregistrée ces dernières années. Ainsi, son chiffre d’affaires consolidé a augmenté de 11% en 2016 pour s’établir à 20 M€. Le groupe qui n’exclut pas de nouvelles acquisitions à court et moyen terme, envisage une croissance de l’ordre de 10 à 25 % en 3 ans, en cumulant croissance organique et croissance externe.

Le groupe Erard a été réorganisé il y a deux ans autour de trois entités pensées en fonction de ses différents marchés clients : Erard, qui vise le marché des particuliers ; Erard Pro, qui s’adresse aux professionnels et enfin Erard Industrie, qui assure une activité de sous-traitance en tôlerie fine et en assemblage de produits finis complexes et qualitatifs. Dans un premier temps dédiée aux besoins du groupe Erard, cette activité de sous-traitance représente d’ores et déjà 30% du chiffre d’affaires de cette nouvelle entité.

Le groupe Erard reste avant tout un acteur industriel français. L’essentiel de sa production est réalisé sur son site de (Isère), où il dispose de 13 000 m² de production et 3000 m² de stockage et emploie une centaine de salariés, à l’exception de la connectique qui est réalisée dans une unité de production à Fontenay le Comte. « La qualité de nos produits et la place que nous accordons à la R&D, à laquelle nous consacrons 6 à 7% de notre chiffre d’affaires, sont des éléments de différenciation qui nous permettent de marquer notre territoire. Nous avons toujours surfé sur les mêmes valeurs : qualité, fonctionnalités poussées, durabilités de nos produits et services de proximité », rappelle Pascal Marchand.