Au deuxième trimestre, les prises de commandes sur le marché européen de la distribution des composants électroniques ont reculé de 11,2% par rapport au trimestre précédent, et ont été inférieures de 19,6% par rapport au deuxième trimestre 2018, selon les statistiques de l’IDEA, l’association internationale des distributeurs en électronique. Sur les six premiers mois de l’année, les commandes de la distribution en Europe affichent ainsi un recul de 10,6% par rapport au premier semestre 2018.

Dans le même temps, les facturations du deuxième trimestre en Europe (établies à partir des données fournies par les associations de distributeurs en France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie et pays nordiques, associations qui représentent entre 38% et 88% de l’activité de distribution dans leurs pays) ont reculé de 6,3% par rapport au 1er trimestre 2019, mais n’ont cédé que 0,3% sur un an. Pour l’ensemble du 1er semestre 2019, les facturations affichent ainsi encore une avance de 2,4% par rapport à celle du 1er semestre 2018, soutient l’IDEA.

Le book-to-bill européen (rapport des commandes sur les facturations) poursuit sa descente entamée au 4e trimestre 2017, pour tomber à 0,88 au 2e trimestre 2019 contre 0,93 au premier trimestre 2019. Dans ce contexte, on se dirige donc vers un recul du marché européen de la distribution de composants électroniques pour la seconde moitié de l’année.

La France résiste beaucoup mieux qu’ailleurs en Europe

L’IDEA souligne toutefois la bonne résilience de la France par rapport au reste de l’Europe. Rappelons que ses statistiques pour le marché français s’appuient sur les données fournies par le SPDEI. La France déroge ainsi à la règle avec des prises de commandes en hausse de 1,1% au 2e trimestre par rapport aux trois premiers mois de l’année (-6,5% par rapport au 2e trimestre 2018, à comparer à -19,6% pour l’ensemble de l’Europe). Pour l’ensemble du 1er semestre, les prises de commandes en France affichent néanmoins un retard de 10,8% par rapport au 1er semestre 2018. Quant aux facturations, le marché français affiche une hausse de 10,2% par rapport au 1er trimestre 2019 (+9,4% par rapport au 2e trimestre 2018). Pour l’ensemble du semestre, les facturations sur le marché français sont ainsi encore supérieures de 3,1% à celles du 1er semestre 2018.