Repositionné sur la fourniture de logiciels et de l’architecture capteurs pour la conduite autonome, le Français Navya va pouvoir renforcer sa trésorerie pour tenir sur la longue route qui mène à l’essor des navettes autonomes. L’entreprise de Villeurbanne va en effet recevoir 20 millions d’euros de la part du Coréen Esmo sous forme d’obligations remboursables. En cas de conversion des obligations, Esmo deviendrait le deuxième actionnaire de Navya, détenant environ 20% du capital de la société.

Au premier semestre 2019, Navya a vendu 18 véhicules autonomes, moitié moins qu’au premier semestre 2018. Son chiffre d’affaires a alors plongé de 32%, à 6,1 M€, par rapport au premier semestre 2018. Constatant que l’avènement du véhicule autonome prendrait plus de temps que prévu, Navya a décidé en juillet de revoir sa stratégie, engageant une transition de ses activités, pour passer d’un acteur intégré vendant des navettes autonomes à un acteur spécialisé dans la fourniture du logiciel et de l’architecture capteurs auprès de véhicules tiers. Pour ce faire, Navya entend désormais nouer des partenariats technologiques, industriels, de distribution et de support local pour une partie des services.

« Je suis convaincu que le secteur de la mobilité autonome représente l’avenir du transport de biens et de personnes. Son implémentation à grande échelle s’avère néanmoins plus longue qu’anticipé au moment de notre introduction en bourse. Le marché demeure en phase d’expérimentation puisque l’autonomie complète n’est pas encore atteinte, la réglementation n’est pas encore établie uniformément et les modèles économiques continuent d’évoluer. Nous avons décidé de faire évoluer notre modèle : ainsi, nous apportons désormais notre technologie aux industriels souhaitant rendre leurs véhicules autonomes (transports de biens et transports de passagers) », avait alors déclaré en juillet Etienne Hermite, Président du Directoire de Navya.

L’assemblée générale de Navya vient donc d’approuver les résolutions liées à l’opération avec Esmo annoncée le 28 juin dernier. Le produit de l’émission des obligations sera principalement destiné au renforcement des activités de R&D en vue de faire progresser les systèmes de conduite autonome développés par Navya. Il doit contribuer en outre au déploiement commercial de la société.

Depuis sa création en 1994, Esmo se spécialise dans la fabrication de faisceaux de câbles pour moteurs à combustion interne. Ces dernières années, Esmo s’est concentré sur la diversification de son activité, la production de faisceaux de câbles pour véhicules électriques et la technologie des batteries au lithium pour apporter de la valeur ajoutée au marché. La capitalisation boursière de la société sud-coréenne est d’environ 360 M€.

Le vote de l’Assemblée Générale répond favorablement à la première condition suspensive à l’émission d’ORNANE (Obligations Remboursables en Numéraire et/ou en Actions Nouvelles et/ou Existantes) pour un montant de 20 millions d’euros au profit d’Esmo avec la nomination de M. Kim au conseil de surveillance. Concernant la seconde condition suspensive, la Banque européenne d’investissement (BEI) a donné son accord à l’opération, conditionné à la finalisation de la documentation juridique qui devrait intervenir dans les jours qui viennent. Navya devrait ainsi recevoir les fonds, correspondant aux obligations qui seront émises, dans les semaines à venir. En cas de conversion des obligations, Esmo deviendrait le deuxième actionnaire de Navya, détenant environ 20% du capital de la société.

Navya est un leader français des systèmes de conduite autonome. Avec plus de 290 collaborateurs en France (Paris et Lyon) et aux États-Unis (Michigan), Navya ambitionne d’être l’acteur de référence pour la fourniture de systèmes de conduite autonome pour le transport de passagers et de biens. Depuis 2015, Navya a été la première société à mettre en service des solutions de mobilité autonome. La navette Autonom Shuttle, principal axe de développement, a été lancée en septembre 2015 et plus de 130 exemplaires ont été commercialisés au 30 juin 2019. Le tracteur Autonom Tract, dont les premiers essais routiers vont prochainement démarrer, est quant à lui destiné au transport de biens. Créée en 2014 avec le support de Robolution Capital, fonds d’investissement géré par 360 Capital Partners, son actionnaire de référence, Navya a également à son capital les fonds Gravitation et Paris Region Venture Fund (Région Île-de-France) géré par Cap Decisif Management, ainsi que les groupes Valeo et Keolis.