Hier à l’occasion du STMicroelectronics Capital Markets Day – 2019, le premier fabricant de semiconducteurs européen a réaffirmé son objectif d’atteindre 12 milliards de dollars de chiffre d’affaires à moyen-terme, avec une marge opérationnelle de 17% à 19%, contre un chiffre d’affaires de 9,66 milliards et une marge de 14,5% en 2018. Explications en quatre illustrations.

Pour Jean-Marc Chéry, président et CEO de ST, l’objectif est à la portée du groupe en 2021 ou 2022. Mais pas 2019, en raison de la conjoncture défavorable qui règne actuellement sur le marché des puces : stocks élevés, faiblesse des marchés finaux, incertitudes qui pèsent sur la confiance liée à la guerre commerciale sino-américaine, ralentissement de la croissance de la production électronique en Chine, etc.

Cette année, le marché adressable sur lequel ST est positionné devrait évoluer entre -3% et +1,3%. Dans ce contexte, ST vise pour l’ensemble de 2019, un chiffre d’affaires compris entre 9,45 et 9,85 milliards de dollars, soit une évolution de -2% à +2% par rapport à 2018. Après un premier semestre avec des ventes de l’ordre de 4,2 milliards de dollars, la deuxième moitié de l’année devrait marquer une amélioration avec des ventes semestrielles anticipées de 5,45 milliards (au point médian de la prévision).

Pour autant, à moyen terme, ST estime disposer des fondamentaux qui lui permettront d’atteindre son objectif de 12 milliards de CA. Pour y parvenir, ST mise sur la croissance annoncée de 8% en moyenne par an du marché automobile qu’il adresse et de son offre dans ce domaine (électrification et numérisation du véhicule notamment) et de celle de 6% par an sur le marché industriel avec son positionnement sur le traitement des données, les capteurs et circuits analogiques, la puissance et la gestion de l’énergie, etc. ST devrait réaliser à moyen terme environ 30% de ses ventes sur chacun de ses deux marchés, à comparer à 25% sur le marché des terminaux personnels (capteurs, solutions sécurisées, gestion de l’alimentation, modules front end, analogique) et 15% sur le marché des infrastructures télécoms et informatiques. ST compte notamment saisir les opportunités liées à la 5G avec une offre de circuits mixtes RF.

Pour parvenir à ses ambitions, ST va continuer de déployer une stratégie de production qui repose sur la maîtrise en interne des productions pour les technologies différentiées (filières SiC et GaN, modules de puissance) et le recours à des fondeurs pour des technologies standards et les technologies CMOS FinFET avancées. La part des fondeurs dans la production totale de ST devrait à terme atteindre 30% contre 20% aujourd’hui.

Pour sa production en interne sur tranches de 300 mm de diamètre, ST construit une usine à Agrate en Italie pour la production dans les filières Smart Power, PMOS et IGBT. L’usine d’Agrate devrait démarrer un eproduction de volume en 2021. Dans l’intervalle, la capacité de production de Crolles sera augmentée (la fab 300 mm est spécialisé dans les imageurs, le FD-SOI 28 nm, les circuits mixtes RS et les mémoires embarquées). ST prévoit que sa capacité de production interne sur tranches de 300 mm de diamètre (Crolles+Agrate) pourrait être multipliée par 2,5 entre 2019 et 2025, après avoir doublé à Crolles entre 2015 et 2019.