Le Premier ministre Manuel Valls et John Chambers, p-dg du groupe Cisco se sont rencontrés hier pour valider les grandes lignes d’un partenariat entre l’entreprise américaine et l’État français. A la clé, l’investissement de Cisco dans des start-ups françaises à hauteur de 100 millions de dollars et des collaborations dans la formation et des projets de réseaux intelligents et de ville intelligente.

cisco1702Outre l’investissement de Cisco dans des start-ups françaises à hauteur de 100 millions de dollars , ce partenariat comprend en effet des coopérations dans le domaine de l’éducation et de la formation professionnelle aux métiers des réseaux numériques, avec un objectif de formation de 200 000 personnes en trois ans, et le financement de plusieurs chaires d’excellence.

Le partenariat s’étendra également à des collaborations académiques et industrielles dans les domaines de la cybersécurité, des réseaux intelligents et de la ville intelligente.

Un projet pilote “smart city” sera mis en œuvre dans une ville française. De nouveaux modes d’accès numériques aux services publics seront expérimentés, notamment dans des zones rurales.

Selon une étude de Navigant Research, le marché mondial des technologies pour les villes intelligentes a représenté 8,8 milliards de dollars en 2014 et devrait plus que tripler pour représenter 27,5 milliards de dollars en 2023. L’étude distingue IBM et Cisco comme les deux premiers contributeurs mondiaux pour l’essor des « smart cities », en termes de stratégie et d’exécution. Bonne pioche pour le gouvernement.

Le Premier ministre voit dans cet accord « une opportunité de développement et un levier de croissance, de compétitivité et d’emploi pour le pays ».