Après deux années de forte croissance, les premiers signes de stagnation du marché apparaissent maintenant dans le secteur de la distribution de composants en Allemagne. Si le chiffre d’affaires du 1er trimestre des distributeurs Outre-Rhin a augmenté de 4%, à 922 millions d’euros, les prise de commande ont chuté de près de 17% à 832 millions d’euros, ce qui correspond à un book-to-bill (rapport commandes/facturations) de 0,9, selon l’association professionnelle FBDi.

Par familles de produits, la croissance des ventes des distributeurs en composants passifs s’est maintenue à un taux supérieur à la moyenne avec +21,4% (à 114 millions d’euros), suivie par les semiconducteurs, en hausse de 3,5%, à 664 millions d’euros. Tous les autres produits, y compris l’électromécanique (-4,1%, à 89 millions d’euros), sont en baisse. En conséquence, les composants passifs ont représenté 12% du marché total, à comparer à 72% pour les semiconducteurs, 1% pour les composants électromécaniques et 6% pour tous les autres segments de produits.

« Nous assistons actuellement à un retour à la normale pour les commandes et les revenus, même s’il subsiste encore des goulots d’étranglement dans certains segments de produits. Cependant, le premier trimestre est un bon indicateur pour le reste de l’année. Nous ne prévoyons pas de grands progrès et nous pensons que les stocks des clients sont suffisamment bien approvisionnés », commente Georg Steinberger, président de FBDi, qui évoque également l’aggravation des incertitudes macroéconomiques : Brexit, tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine.