Le groupe  toulousain Actia  a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 436,1 M€, en croissance de 1% par rapport à son niveau record de 2016 (+ 4,5 M€ dont + 1,2 M€ lié à l’acquisition de la société Market IP). A change et à périmètre constants, la progression serait de + 1,6%. En 2017, les clients à l’international ont représenté 70,9% du chiffre d’affaires.

Actia souligne avoir mis fin à la problématique d’approvisionnements des batteries pour boîtiers télématiques qui a généré des coûts de transports exceptionnels jusqu’en juillet 2017. Le marché des composants électroniques va cependant rester sous tension du fait de l’inflation de la demande pour les objets connectés, avertit le groupe qui stigmatise également la forte et rapide remontée de l’euro face au dollar en fin d’année.

Au 4e trimestre, son chiffre d’affaires a atteint 118,1 M€, en hausse de 2,3% par rapport au 4e trimestre 2016. Sur le trimestre, les ventes des filiales à l’étranger sont de 65,0 M€, en recul de 8,6%, largement compensé par le chiffre d’affaires des sociétés françaises, en hausse de 19,6% à 53,1 M€.

L’activité Automobile a généré 89% du chiffre d’affaires trimestriel du groupe et affiché un léger recul de 0,5% sur un an. Comme prévu, une grande partie des décalages encourus au 1er semestre en liaison avec les problèmes d’approvisionnement des batteries ont pu être rattrapés et les frais de transports exceptionnels se sont progressivement normalisés à partir du mois de juillet. Les ventes de boitiers télématiques du trimestre sont en léger recul en liaison avec le rééquilibrage progressif en faveur des nouveaux contrats, dans les domaines des poids lourds et des véhicules spéciaux au détriment des véhicules légers. Sur le marché du contrôle technique et des équipements de garage, le bon niveau d’activité du 4e trimestre a permis de rattraper une partie du retard sans pour autant atteindre le niveau record de 2016 lié à l’évolution de la réglementation en France. De nouvelles évolutions réglementaires sont attendues à l’International dans les prochains mois. Enfin, l’activité véhicules électriques, sur un marché dont la croissance reste freinée par des coûts élevés des batteries, est en deçà des attentes en particulier sur les véhicules légers tandis que de nouvelles opportunités ont été créées dans les véhicules spéciaux et le transport urbain.

L’activité Télécommunications a représenté 10,9% du chiffre d’affaires trimestriel du groupe, avec une forte activité sur ce 4e trimestre qui se traduit par une hausse de 31,9%. Les contrats, commandes et appels d’offres de 2017 confirment le potentiel de développement de cette division où de plus en plus de synergies technologiques avec les activités automobiles sont exploitées, portées par les relations étroites entre mobilité et connectivité dans les transports (ferroviaire et aérien) et l’énergie. Sur l’année 2017, le segment du ferroviaire, qui témoigne des synergies entre les deux divisions, est en croissance significative (+11,2%) et est amené à continuer sa progression, soutenu notamment par les succès commerciaux de 2017, souligne l’avis financier du groupe.

Le groupe  toulousain Actia est une ETI familiale et internationale spécialisée dans l’électronique au service de la gestion des systèmes dans l’automobile, le ferroviaire, l’aéronautique, le spatial, la défense, l’énergie et les télécommunications. Rassemblant 28 sociétés dans 15 pays, le groupe Actia emploie plus de 3200 personnes dont 800 ingénieurs et techniciens. Il investit chaque année entre 12% et 14% de son chiffre d’affaires dans la R&D.