Pour des raisons très différentes, les p-dg de Molex, Texas Instruments et Plessey ont cédé leurs postes de CEO durant l’été. Départ en retraite pour le patron de Molex, limogeage pour comportement inapproprié pour TI, départ sans explication pour le fabricant britannique.

Le 31 juillet, Molex a annoncé que son p-dg, Martin P. Slark, prendra sa retraite en novembre après 42 ans de service. M. Slark a dirigé l’entreprise pendant son importante croissance et son rachat par Koch Industries en 2013. Au cours de ses 13 années de présidence, le chiffre d’affaires et les bénéfices de Molex ont plus que doublé et ses effectifs mondiaux sont passés de 27 000 à 46 000 salariés. Durant son mandat, plus d’une douzaine d’acquisitions stratégiques ont été réalisées et ont permis à Molex de pénétrer de nouveaux marchés, comme les véhicules autonomes ou les solutions de santé connectées.  Martin Slark part donc avec les honneurs et sera remplacé par Joe Nelligan, l’actuel directeur des opérations (COO) de Molex.

Rich Templeton reprend les manettes de TI

Il n’en a pas été de même pour Brian Crutcher, CEO de Texas Instruments, limogé sans ménagement pour violation du code de conduite de l’entreprise, six semaines après sa prise de fonction. Dans un communiqué, Texas Instruments précise que « ces violations sont liées à un comportement personnel ne respectant pas le code éthique et les valeurs essentielles de l’entreprise mais elles ne sont pas liées à la stratégie, aux activités et aux publications financières de l’entreprise ». Un départ forcé qui rappelle celui de Brian Krzanich chez Intel. Brian Crutcher a été immédiatement remplacé par… Rich Templeton, président du conseil d’administration, et précédent CEO de TI. Le fabricant de semiconducteurs précise que cette nomination n’est pas temporaire et que le conseil d’administration ne cherche pas d’autre candidat.

Quant à Plessey, le fabricant de semiconducteurs britannique a nommé son directeur financier à la tête de l’entreprise en remplacement de Michael LeGoff, CEO depuis 2009. « Après une courte période de transition, Michael partira à la recherche d’autres opportunités et nous le remercions pour la contribution importante qu’il a apportée à l’entreprise et lui souhaitons le meilleur pour l’avenir », a commenté Plessey dans un communiqué laconique.