Jean-Yves Le Gall, président du CNES et Jean-Marc Nasr, président d’Airbus Defence and Space France, ont signé lundi le contrat relatif au développement du programme d’observation CO3D (Constellation Optique en 3D). À compter de 2022, la constellation CO3D, composée de quatre satellites identiques, permettra de fournir des images stéréoscopiques de résolution submétrique (50 cm) à vocation de couverture mondiale.

CO3D Copyright Airbus 2019

Les données acquises alimenteront une chaine de traitement sur le cloud exploitée par Airbus et intégrant les algorithmes du CNES, en vue de produire une carte 3D totalement novatrice des terres émergées de notre planète.

Les satellites CO3D, d’une masse de 300 kilos environ, rejoindront la flotte de satellites optiques d’Airbus, renforçant ainsi la capacité à répondre aux besoins grandissants d’applications de plus en plus exigeantes. En inaugurant une génération de plate-forme entièrement électrique, ces satellites vont permettre la mise en œuvre d’une nouvelle méthode d’acquisition, de traitement et de transfert des images vers le sol. Avec les quatre satellites Pléiades Neo, la constellation CO3D offrira une capacité de revisite inégalée pour l’imagerie à très haute résolution.

« Le projet CO3D représente un progrès significatif pour l’observation de la Terre à l’échelle mondiale, en tirant profit de la dernière innovation d’Airbus qui va révolutionner l’accès aux données 3D à très haute résolution, » a déclaré Jean-Marc Nasr, président d’Airbus Defence and Space France et directeur général de Space Systems chez Airbus. « Ce contrat conforte Airbus en tant que partenaire de confiance pour le CNES et les autorités françaises et renforce notre position de leader du marché en Europe et dans le monde ».

Le CNES et Airbus ont établi un partenariat sur ce projet. Les données collectées par la constellation CO3D, seront disponibles pour les besoins de la Défense et des scientifiques français, partenaires privilégiés du programme.

A l’issue de cette signature, Jean-Yves Le Gall, président du CNES a déclaré : « La constellation de satellites optiques de nouvelle génération CO3D incarne l’ambition et l’ingéniosité françaises, qui ouvrent une nouvelle ère dans l’observation de la Terre. Elle permettra notamment un plus haut débit de réactualisation, une plus grande résilience ainsi que des performances élevées. Ce partenariat entre le CNES et Airbus illustre parfaitement l’excellence française dans le secteur de l’observation terrestre depuis l’espace ».