2018 a été pour le fabricant de missiles MBDA une bonne année sur le plan commercial, avec l’équivalent de 4,0 milliards d’euros de commandes supplémentaires, portant le carnet de commandes à 17,4 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires de la société a pour sa part légèrement augmenté, atteignant 3,2 milliards d’euros.

Ce volume important de nouvelles commandes s’est accompagné tout au long de l’année par le recrutement de près de 1200 nouveaux collaborateurs embauchés à travers l’Europe. La société prévoit d’en recruter encore 1000 cette année.

Rappelons que MBDA est un groupe européen capable de concevoir et de produire des missiles et systèmes de missiles pour répondre à toute la gamme des besoins opérationnels présents et futurs des trois armées (terre, marine et air). La société est codétenue par Airbus (37,5 %), BAE Systems (37,5 %) et Leonardo (25 %).

MBDA a enregistré l’équivalent de 2,5 milliards d’euros de commandes provenant de ses clients nationaux, et 1,5 milliard à l’export. Parmi les commandes nationales les plus importantes enregistrées en 2018, figurent le lancement par la Direction générale de l’armement (DGA) du développement du missile air-air MICA de nouvelle génération (MICA NG), le renouvellement du soutien en service du missile Aster pour la France, l’Italie et le Royaume-Uni, et la modernisation et le soutien du missile de croisière Taurus, en Allemagne et en Espagne. Les principales commandes à l’export portent sur l’armement des avions de combat Eurofighter Typhoon et des hélicoptères NH90 commandés par le Qatar, mais aussi sur de nouvelles acquisitions des missiles Taurus, MMP et Mistral.

« Notre très bonne performance financière globale et nos succès sur nos marchés nationaux, traduisent bien l’importance stratégique que revêt le secteur des missiles pour les pays européens. On ne peut y parvenir qu’au travers de la bonne combinaison de programmes nationaux et de programmes en coopération européenne, car, sans cet équilibre, l’Europe de la défense ne pourra plus maintenir la taille critique de sa base technologique et industrielle qui est nécessaire pour que celle-ci continue de développer de façon autonome les technologies indispensables à la performance opérationnelle de nos armées », commente Antoine Bouvier, CEO de MBDA.

La société a franchi en 2018 un certain nombre de jalons nationaux importants tels que la création d’une coentreprise chargée de développer le système de défense antiaérienne et antimissile intégrée (TLVS) pour l’Allemagne. Par ailleurs, l’inauguration du nouveau site de production de Bolton, en juillet 2018 par le Secrétaire d’Etat britannique à la Défense, a marqué l’aboutissement de cinq années de travaux d’aménagement et place désormais la société en bonne position pour augmenter son volume d’activité. En 2018, MBDA a également pris des initiatives pour renforcer la souveraineté européenne au sein de sa chaîne d’approvisionnement, notamment en rachetant avec la société Soitec, la PME française Dolphin Integration, spécialiste des circuits intégrés à basse consommation de type SoC (System on Chip).

En 2018, MBDA a livré des capacités opérationnelles majeures aux forces armées de ses pays nationaux, avec le déploiement opérationnel du MMP au sein de l’armée de terre française, l’entrée en service du Sea Ceptor dans la Royal Navy, des avancées importantes sur le système Land Ceptor destiné à l’armée de terre britannique, le premier tir d’essai du missile antinavire Marte ER en Italie, et la mise en service des missiles Meteor, Storm Shadow et Brimstone sur Eurofighter. Enfin, le MMP a été choisi comme missile de référence pour le développement d’une capacité de Tir Au-delà de la Vue Directe (TAVD) sous autorité de conception européenne, avec la mise en commun d’une doctrine d’emploi et d’une formation pour les forces européennes, dans le nouveau cadre de la Coopération Structurée Permanente (CSP) de l’Union Européenne.