VIPress.net

i-lab-090718

Les 20 ans du concours i-Lab : 64 lauréats dont 14 Grands Prix récompensés en 2018

i-Lab, le concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes créé par le ministère de la recherche a tout juste 20 ans. Le jury national, présidé par Ludovic Le Moan, directeur général de Sigfox, a distingué 64 lauréats parmi les 383 candidatures reçues cette année.

Parmi les lauréats, 14 Grands Prix récompensent les projets les plus remarquables, qui s’inscrivent dans l’un des dix défis sociétaux définis par l’agenda France Europe 2020. Ils seront accompagnés d’un parrain qui les aidera à relever un défi important dans leur développement tel que la réalisation d’une première levée de fonds, ou l’introduction de leur produit sur le marché par exemple. S’y côtoient des projets pour la route connectée, des sources de lumière quantique dans un système cryogénique, la propulsion des petits satellites, des modules de mesure autonomes par récupération d’énergie, ou encore une console numérique de jeux de société.

Moïz propose des modules de mesure autonomes, connectés, et d’une durée de vie infinie, utilisant une technologie de récupération d’énergie par effet thermoélectrique. Cette technologie permet de diminuer le volume d’un facteur 100 d’un dispositif thermoélectrique classique grâce à des membranes nanométriques en silicium. Cela permet de générer des centaines de microwatts avec un écart de 10°C, facilement disponible dans un environnement industriel et d’alimenter des capteurs connectés de l’industrie 4.0, alors autonomes, sans fil et sans pile. Des prestations d’études avec 3 clients (SNCF FRET, AIR Liquide, Schneider Electric) ont permis de matérialiser des preuves de concept et d’affiner les besoins.

La start-up Altaroad crée une nouvelle génération de routes connectées pour optimiser les flux du secteur de la construction et des transports et pour préparer la mobilité de demain. En combinant des modèles de déformation des routes, des algorithmes auto-apprenants, des réseaux denses de capteurs et des nanotechnologies, Altaroad crée des routes connectées, grâce à des réseaux de capteurs intégrés à des points stratégiques. Objectifs : tracer les flux, en détectant les types de véhicules, leurs trajectoires et leur poids ; optimiser la maintenance ; améliorer la sécurité des véhicules et des personnes.

La start-up Quandela, issue du Centre de nanosciences et de nanotechnologies (C2N-CNRS/université Paris-Sud/université Paris-Saclay), développe une gamme de briques pour les technologies quantiques. Son objectif : devenir d’ici 5 ans le leader mondial dans le développement de composants pour l’industrie quantique. Ces sources de lumière intéressent notamment le domaine des ordinateurs quantiques et celui des télécommunications quantiques.

Exotrail fait partie du mouvement du New Space qui bouscule l’industrie spatiale en divisant le coût d’accès à l’espace grâce à la miniaturisation des satellites. Utilisés en constellations, ces petits satellites permettent de fournir des services d’observation de la Terre à très haute revisite temporelle utilisés dans un grand nombre de secteurs (en télécommunication, ils permettent de fournir Internet partout dans le monde ou une connectivité globale pour l’Internet des objets). Exotrail développe un propulseur miniaturisé, fondé sur la technologie à effet Hall, destiné aux constellations de petits satellites. Il présente une poussée importante pour une consommation électrique faible par rapport aux solutions concurrentes.

Renforcer le lien entre les générations, faire du numérique un moteur de convivialité et ainsi révolutionner le monde du jeu de société. Tels sont les objectifs fixés par la start-up Wizama qui a pour ambition de faire évoluer le jeu de société traditionnel en créant une nouvelle manière de jouer alliant le tangible et le numérique. Elle développe, pour cela, une console de jeux de société. Celle-ci est composée d’un écran tactile mais aussi d’éléments de jeux connectés : cartes, dés, pions. Un magasin en ligne permettra l’accès à un catalogue de jeux dont les contenus proviendront d’auteurs de jeux, de studios de jeux vidéo et d’éditeurs partenaires.

12% des lauréats proviennent de l’électronique

33% des lauréats sont salariés lorsqu’ils se portent candidats au concours, dont 80% du secteur privé. Les projets lauréats issus de la recherche publique représentent 81% de l’ensemble des projets récompensés, alors que 6% des porteurs de projets lauréats du concours sont chercheurs ou enseignants-chercheurs. Alors que les femmes ne représentaient que 5% des lauréats l’année dernière. Elles sont 20% cette année. Un chiffre en forte progression et un record depuis 1999 dont la moyenne tourne autour de 11%.

Comme les années précédentes, les projets des domaines de la santé et du numérique représentent la très grande majorité avec plus de 65% de l’ensemble des projets soumis au jury. Les secteurs de la pharmacie, des biotechnologies et des technologies médicales représentent à eux seul plus de 45% des projets. Le secteur du numérique recouvre presque un projet sur 5 avec 19% des projets tout comme le secteur des matériaux, mécanique et procédés industriels.

Concernant les lauréats, le secteur « électronique, traitement du signal et instrumentation » a représenté 12% des projets retenus. Le secteur « numérique, technologies logicielles et communication » a représenté quant à lui 19% des lauréats.

Les lauréats « Électronique, Traitement du Signal Et Instrumentation »

  • WAVELY : capteurs acoustiques intelligents
  • Live from Earth : solution de mesure sismique la plus légère du monde
  • FiGaRo (Fine Gain in Resolution) : la microscopie à super-résolution
  • Motrhys : surveillance des conduites forcées des centrales de pompage/turbinage et des barrages réservoirs
  • RAYVELATEUR : modules d’inspection miniatures et intelligent
  • KAPFLEX : capteurs I-IoT connectés et autonomes

En 20 ans, le concours i-Lab s’est imposé comme une référence dans le monde de l’innovation et un véritable accélérateur de croissance pour les start-up intensives en technologie – dites deep tech. Le concours permet de détecter et de faire émerger des projets de création d’entreprises qui contribueront à répondre aux grands défis sociétaux de notre époque. Les lauréats reçoivent une subvention pouvant aller jusqu’à 450 000 euros et bénéficient d’un label précieux pour la recherche de financements. Au cours de ses 20 éditions, le concours a mobilisé 430 millions d’euros, a reçu 22 116 candidatures et distingué 3412 lauréats.  Le concours et a contribué à la fondation et à la croissance de 1 914 entreprises technologiques dont 70 % sont actuellement toujours en activité.

Retrouvez le palmarès détaillé des 64 lauréats de la promotion 2018

, ,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

   JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This