VIPress.net

Distribution et automobile absorbent les 2/3 du marché français des semiconducteurs

Le marché français des semiconducteurs a totalisé 472 millions d’euros au premier trimestre 2018, selon les données élaborées par le Club Semiconducteurs d’Acsiel Alliance Electronique. Ce montant est de 0,7% supérieur à celui du premier trimestre 2017. Si les ventes aux distributeurs ont progressé de 9,8% par rapport au quatrième trimestre 2017, en revanche, les ventes directes aux fabricants OEM ont reculé séquentiellement.

Les ventes au canal de la distribution ont ainsi atteint un niveau record, représentant au 1er trimestre près de 37% du marché français des semiconducteurs, comparé à 32% en moyenne en 2017.

Les ventes aux segments Automobile et Smart Card ont enregistré une croissance modérée, de 1,8% et 3,7% respectivement. Au premier trimestre, les ventes directes au segment Automobile ont ainsi représenté 46% des ventes directes aux OEM (soit 29% du marché total français), contre 39% en moyenne en 2017.

Ainsi les ventes aux distributeurs et à l’automobile ont représenté 66% du marché français des semiconducteurs au 1er trimestre.

Le recul des ventes directes auprès des OEM au premier trimestre provient des segments Consumer & Computer, MilAéro et Industriel. Les facturations au segment Mil-Aéro ont subi une contraction significative, qui fait suite à un chiffre de ventes record au quatrième trimestre 2017. Le niveau moyen du marché reste malgré tout élevé sur l’ensemble des deux derniers trimestres, commente l’organisation professionnelle.

Si l’on peut noter un tassement des ventes directes au segment Industriel, celles-ci sont venues alimenter, pour une bonne part, la forte croissance des ventes aux distributeurs. En effet, selon Acsiel, les semiconducteurs destinés aux diverses applications industrielles représentent en moyenne 60% des ventes de composants actifs à la distribution (estimation moyenne pour 2017).

En ce qui concerne les produits, la famille MOS-Micros est la principale cause de la baisse des ventes aux OEM, avec une évolution très contrastée entre la forte baisse des microprocesseurs, très saisonnière, et la hausse des microcontrôleurs dont la demande est notamment tirée par les marchés de l’automobile et de l’IoT.  Les familles de produits MOS-Logic, optoélectronique et analogique ont aussi enregistré un recul de leurs ventes. Les ventes de capteurs et actionneurs ont été quasi-stables, et celles de discrets ont bénéficié d’une hausse estimée à 6%.

Le marché français des semiconducteurs s’inscrit depuis un an dans une dynamique de progression constante en moyenne glissante, mais peine à retrouver le niveau de 2015.

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

   JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This